Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.10.2017

( Nôtres )

Entre tes nues et mes regards passés
je n'ai pu trouver le tien noyé entre les miennes

02.10.2017

( Enlace-Moi Une Dernière Fois )

Dans tes bras toi
dans les miens il
n'y a plus de rien, en fait.

( Erreurs )

J'en ai assez d'écouter
assez d'entendre
assez de dire

Dans le Rien,

je plonge

j'efface

Les nerfs en bandoulière m'embrassent
se lovent contre moi à n'en plus respirer
à m'en endormir à en y rêver à en n'y sortir
à peine gris et frais au moins yeux ouverts

...et cœur pâle
gorge exsangue
mains tremblantes

les jambes lourdes mais
sans objet, sans fond ni son
sans chant, ni chœur ni bel œuvrage
à l'automne levant sur de trop prévisibles erreurs.

21.09.2017

( Il Y Eut )

Il y eut d'autres rêves
d'immenses espoirs que j'ai déçus
de folles étreintes
et d'incroyables forces
d'inaccessibles étoiles, aussi
d'autres qui s'ignoraient
et autant qui m'ont ignoré, c'est vrai

j'ai abandonné toute recherche
je ne crois plus en rien
sauf en ce que je vois
et laideur et vanité dans l'air
respire
au plus profond de nos vies
sauf le ciel
sa beauté millénaire
et celle des nuages
cumulons les cumulus
those fluffy mountains
those fluffy nothings
and me
under their light
          their wing
          over the void
          planning to get out of here
          praying to be melted with the air
          be breathed by every tree
          on the edge of every existing river over there
          and
          at last
being able to breathe again

                                          j u s  t        b  r   e   a             t               h                    e

et rester là
inerte
un peu tremblant
résigné
presque prêt
always and forever
you will see
be with me
joys are number
you and me
those magic moments
                                          et ta main contre moi.

 

 


17.09.2017

( Déjà )

Je nous ai pris
une jolie place
un bel endroit, vraiment
tu vois toutes ces fleurs ?
et puis cette haie,
le petit chemin plein de papillons
et encore les fleurs, là
des abeilles
c'est calme
calme et tranquille
calme et tranquille

nous deux, là
le ciel bleu et ton sourire
ma belle
ton sourire
on est si bien et tu ris

tu me manques déjà tellement


tu




tu.



sous mon regard vagabond
sous mes timides paumes
frôlent tes vêtements ta peau froide
ont-ils crainte de, tout au plus
et toi

    toi

           tu es       l  à

                            ici avec moi


                       toujours là

je ne cesse de refaire revoir entendre éviter
          refaire pas faire imaginer de tout
de toute mon âme mon cœur
ce qui + conditionnel
si + plus que parfait
mais

    la chair à la terre

                                 vers le rien et l'oubli
     la fin parfaite pour un trésor

                          Sabrina.

- 17.IX.2017

17.09.2017

( Revenons )

Un autre retour entre nous
d'autres clivages
d'autres rivages
des kilomètres à parcourir
avant de nous découvrir
de       nous       retrouver
nous avouer toutes nos fautes
nos bourdes
ces conneries sans fin
qui nous plombent pour l'éternité
nous disons-nous
ces conneries à point
sans but, sans fin
mais avec autant de motifs
que le ciel a de nuages et d'étoiles

un autre retour

tu m'as manqué,

         l'absente

tu ne le sauras sans doute pas
sans doute jamais
tu resteras pour toujours
"l'Absente"
et moi..

rien de plus, rien de moins
qu'un mec qui mise beaucoup plus
sur l'espoir
le fantasme
la romantisation
et la lassitude
que quiconque i c
                             i


                               bas.

23.02.2016

( Le Départ )

Nos derniers bras
hors les murs

hors le son



le vrombissement insupportable de l'air




tandis que tu nageais

les yeux fermant






                                                    le ciel.

23.01.2016

( Un Souvenir, Un Regard )

Quand j'entrais chez toi
des yeux blancs me regardaient.

05.01.2016

( Béante )

Béante est la nuit dans tes bras acérés, mon amour.

 

02.01.2016

( Les Yeux Grand Ouverts )

The beginning of another emptiness and self-decay
Il est déjà trop tard alors pourquoi arrêter ?
Un jour, une nuit
Les nerfs clos et les poings lâches
J'éteindrai une dernière fois la lumière
Je m'allongerai sur le lit, tourné vers le mur.

30.12.2015

( Déversoir À Poison )

J'arrive
Tu es là
Pas un mot
Une bise distraite
Ouais t'étais où
On était là
Ouais ben un coup de téléphone,
ça t'aurait arraché la gueule ?
Un câlin
Rien à battre
Une tournée
Rien à battre
Ta seule réaction à ma présence
Ce soir-là
Un SEUL contact dans la fosse
Et encore, c'était un pogo

If only you knew how many FUCKS I THREW to you
Hateable girlfriend
Dispise and fucks given
Nobody, ever
And you did it
The hate
The rage
The head inside the walls
This wasn't tolerable.

Après des semaines et deux longues discussions,
Je me rends enfin compte du mal que tu m'as fait

Après le soulagement,
on *phew*

Tu as été plus qu'odieuse
Tu as intentionnellement nié l'existence
d'une des personnes pour qui tu comptais le plus dans ce monde

(en toute simplicité)

J'ai mis le temps à m'en rendre compte
C'était pire qu'être transparent
Pire que rester au bar et esquiver mes phrases adressées à toi
Tu tournais la tête, croisais mon regard et m'éluder
En face de nos potes
De tes meilleurs
Tu niais toute notre existence depuis notre première rencontre

Alors,
si d'aventure tu traînes encore par ici,
nique-toi.

Tout ce mal
Ce mal que tu m'as fait

Et tu t'en foutais.

Tu t'en fous moins, heureusement, sauf que je me rends compte de la portée de ton comportement
Et que je suis TELLEMENT conciliant
TROP conciliant

J'ai tellement envie de te hurler ça en pleine face
Mais on s'en fout, tu te le hurles déjà en toi

En une soirée
- que dis-je -
En une demi-heure,
celle où tes baisers étaient parmi les plus froids, les plus amers,
devant le bar du Batofar
tu m'as dévasté.

Et en bonne matriarche, personne de ton entourage n'a bronché.

So much for the tenderness, so much for the frendship.

So much.

Quelle putain de classe.


Attendons, comme on a dit.

Mais comme tu le disais, tu a été odieuse et je ne me suis rendu de la puissance de la chose que... là.


Alors, oui, attendons. Car on ne traite personne de cette façon, et ta reproduction de schéma n'est pas quelque que tu imposes aux autres pour la résoudre.